Le château de Combourg

“C’est dans les bois de Combourg que je suis devenu ce que je suis…”

Laissez-vous guider par François-René 

Commencer votre visite par le Parc de 25 hectares. La visite est libre, se perdre dans les allées et s'abandonner à la contemplation le temps d'une balade, est tout à fait recommandé par l'auteur.
Puis se remémorer les mémoires d'Outre-Tombe, s’asseoir sur le perron et poser le même regard que François-René sur la Cour Verte, les allées de marronniers et de tilleuls. Et pourquoi pas se laisser aller à la solitude comme il le faisait. 

Voir le faux cyprès, âgé aujourd’hui de près de 250 ans, qui porte depuis 2012 le bien-nommé label d’ « Arbre Remarquable ». Circuler entre la Rose Chateaubriand et la Rose Sweet delight, maîtresses de ce parc. 

Dessiné à l'anglaise par Denis et Eugène Bühler au 19ème siècle. Ils s'inspirent des Mémoires d'Outre-Tombe et recréent la Cour Verte, le grand et le petit mail, les allées de chênes, de tilleuls et de marronniers. L'esprit de l'écrivain habite toujours ces lieux. Et l'on peut encore aujourd'hui passer devant la croix de Lucile et s'imprégner de cette atmosphère qui lui fit dire, alors que François-René évoquait sa solitude : "tu devrais peindre tout cela". 

Continuer votre visite par le château, avec le plaisir de se laisser guider. Une heure de visite pour s'imprégner de l'histoire du château et de François-René de Chateaubriand. Elle commence par les extérieurs, le long des remparts, puis elle se poursuit dans certaines pièces du château empreintes de son histoire avec le mobilier, des objets d’époques, des tentures et aussi des objets personnels de Chateaubriand. Se surprendre à s'enivrer de l'atmosphère mystérieuse du lieu, s'imaginer petit garçon de 8 ans, longer les couloirs pour regagner son petit lit et vaincre ses peurs de croiser le fantôme à la jambe de bois accompagné du chat noir qui hante le grand escalier de la tourelle.

« … Les gens étaient persuadés qu’un certain comte de Combourg, à jambe de bois, mort depuis trois siècles, apparaissait à certaines époques, et qu’on l’avait rencontré dans le grand escalier de la tourelle ; sa jambe de bois se promenait aussi quelquefois seule avec un chat noir. ». Mémoires d’outre-tombe, livre troisième, chapitre 3.

Avoir le plaisir de terminer sa visite par la courtine du château qui offre une vue sur le lac tranquille et la campagne de Combourg. Repartir avec un petit goût de romantisme dans l'esprit

Les façades, toitures du château, ainsi que la salle des gardes et le vestibule sont classés « monuments historiques ».

Le château est encore habité par les descendants de la Famille de Chateaubriand (descendance du grand-frère Jean-Baptiste de Chateaubriand).
Il se visite de février à novembre