On a testé pour vous ! La sortie découverte au cœur des grandes marées

Et si on se baladait 20 000 lieues sous les mers ?

https://www.youtube.com/watch?v=1lDOJPBAdWM
Maureen Brugaro

Maureen

Conseillère en séjour, voyageuse sous-marine à l'air libre !

« Rencontre inatendue avec la lune, la mer et un homard »

Au cœur des Grandes Marées !

Samedi 23 mars 2019. Il est 14h30 et les trois éléments fondateurs de la Bretagne sont réunis pour une journée exceptionnelle : du soleil, une marée d’équinoxe de 115 et un guide fabuleux, j’ai nommé Yann Perraud, de l’Association Sensations Littoral.

Les présentations sont faites, le départ est donné et notre petit groupe de 36 personnes se dirige vers la grande plage du Sillon. Une première pause s’impose juste devant les brise-lames et Yann sort une grande carte marine de son sac. La balade commence par une lecture de paysages, à laquelle il inclut des anecdotes très intéressantes sur l’histoire de Saint-Malo, le pourquoi des brise-lames qui ne servent pas uniquement à casser les vagues et les marées en baie de Saint-Malo. Quelques questions fusent déjà mais Yann ne répond pas à toutes. Il nous entraine en souriant de plus en plus loin, de plus en plus bas, vers l’estran.

Plusieurs étapes plus loin, nous en savons un peu plus sur le petit peuple qui vit dans la zone de balancement des marées, entre le ver de sable et ses compatriotes, habitués à vivre 6 heures le nez en l’air et 6 heures les branchies dans l’eau.  Les parties vertes, bleues foncées et bleues claires de la carte marine n’ont bientôt plus de secret pour nous.

Enfin, nous arrivons sur la zone des plus basses mers, celle qui ne découvre que lors de marées d’exception, aux équinoxes de printemps et d’automne. C’est un paysage quasi lunaire de rochers recouverts d’algues qui s’offre à nous. Prudemment, les pieds dans l’eau, nous nous initions à la pêche à pied. Nous commençons à retourner les roches afin d’observer toute cette faune et cette flore marines. Yann nous fait tester une algue au goût subtilement poivré et nous explique qu’une grande partie de ces algues brunâtres qui peuple l’estran se retrouve dans certains de nos desserts ! Tout à coup, une exclamation nous fait nous retourner : un de nos compagnons de pêche vient de faire la connaissance de Gaspard le homard, niché au fond de sa mare ! Il est tout beau, tout bleu mais un peu trop petit pour être ramené et cardinalisé (cuit). Nous allons le remettre à l’eau dans les vagues, afin qu’il échappe à ses autres prédateurs, les goélands, qui guettent le fruit de nos efforts quelques rochers plus loin. C’est l’occasion pour nous parler de la réglementation sur la pêche à pied sur la zone et nous n’oublions pas de remettre soigneusement en place tout rocher retourné.

La Marée remonte déjà, et nous prenons le parti de remonter aussi. Par petits groupes, nous nous dirigeons maintenant vers le Grand Bé que nous apercevons un peu plus loin. En longeant les remparts par la plage et les rochers, la balade est agréable et facilement accessible, même si le groupe de départ s’effiloche un peu en chemin, le temps de prendre quelques photos.

Nous nous rejoignons au pied du Grand Bé. Yann nous y attend déjà, en faisant goûter quelques plantes comestibles. Tout là-bas, c’est le Fort National où a débuté notre visite. Gaspard est déjà sous quelques dizaines de centimètres d’eau.

Nous empruntons le sentier qui monte sur le sommet de l’îlot et au passage nous saluons François-René, qui repose face au large. Un peu plus haut, une vaste plateforme d’herbes et de pierrailles nous accueille et nous nous asseyons bien sagement, en rond, autour de Yann. Il va maintenant nous initier aux mystères du cosmos et des plus grandes marées d’Europe. Trois compagnons d’infortune sont désignés pour interpréter les rôles du Soleil, de la Terre et de la Lune. Les explications sont limpides et c’est le moment de l’interro surprise ! ouf, tout le monde s’en sort avec les honneurs. Notre guide est un as en matière de patrimoine naturel.

La marée n’attendant pas, l’heure a sonné de redescendre du Grand Bé. Nous reprenons le chemin de la passerelle pour rejoindre la plage de bon Secours. Nous nous séparons, des étoiles pleins les yeux, et nous avons une brève pensée pour Gaspard, déjà sous 4 mètres d’eau !

Retrouvez toutes les visites "Au coeur des Grandes Marées"

  • Visite au cœur des grandes marées
  • Visite au cœur des grandes marées
  • Visite au cœur des grandes marées
  • Visite au cœur des grandes marées
  • Visite au cœur des grandes marées
  • Visite au cœur des grandes marées