On a testé pour vous ...

La visite des parcs à huîtres

à Cancale
PhotographePhotographe
Maureen

Conseillère en séjour, je m'initie aux mystères de l’ostréiculture à Cancale, au cœur des plus grandes marées d’Europe !

Au cœur des parcs à huîtres

Un après-midi au cœur de l’estran cancalais

Le rendez-vous est fixé au pied du Marché aux Huîtres sur le Port de Cancale.

Nous attendons notre guide Inga, équipées de nos bottes, pour cette visite au cœur des parcs à huîtres.
Le groupe est déjà sur place : couples d’amateurs de gastronomie iodée, familles avec enfants impatients de patauger dans la vase et même un charmant trio de voyageurs arrivés tout droit de Hong-Kong.
Nous sommes les seules cancalaises de la bande !

La visite commence sous un ciel ensoleillé avec des couleurs automnales en cette période de fin octobre.

Un écosystème préservé

Inga sort une grande carte marine de la baie. Quelques explications sur la géographie de la Baie du Mont-Saint-Michel s’imposent : l’implantation des parcs ostréicoles et des bouchots ; quelques explications sur les marées; la richesse et la diversité de la faune et de la flore marine …
Tout cet écosystème joue un rôle crucial dans l’élevage de l’huître en Baie de Cancale.

Nous descendons tranquillement dans les parcs. Inga raconte d’abord la fabuleuse histoire de l’huître et nous apprenons que les fameuses « Creuses Cancalaises » sont en fait « Japonaises » !
En effet, le naissain d’huîtres est acheté au pays nippon pour être placé « en nurserie » dans la baie où elles vont grandir durant 3 ans au rythme des marées.
Quant à la « Plate », qui fait la renommée de Cancale, elles sont originaires du Morbihan, de la Ria d’Etel plus précisément.

Si les « Creuses » sont élevées dans des poches placées sur des tables, la « Plate », elle, est semée dans des concessions qui ne découvrent jamais, même au plus fort des grandes marées. Elles font l’objet d’un dragage minutieux pour les récupérer et les commercialiser.
Ceci explique le prix de vente : près de 6 € la pièce alors que les huîtres creuses sont vendues environ 6 € la douzaine !

Quelquefois, les ostréiculteurs ramènent au bout de leur drague une huître âgée de 10 à 15 ans : « le Pied d’Cheval », appelé ainsi en raison de sa forme particulière. L’ouverture de cette huître hors normes relève de l’exploit : il faut s’armer d’un couteau et de courage pour pouvoir la déguster, mais le jeu en vaut la chandelle !

Que l’on se rassure, les huîtres creuses se dégustent plus facilement. Toutefois, si l’on ne veut pas prendre de risques, le Marché aux Huîtres, juste à côté des parcs, vous accueille tous les jours, et vous ouvre quelques huîtres en direct, face à la mer…

Au fur et à mesure de notre balade, nous croisons des ostréiculteurs au travail sur leurs concessions. L’huître nous dévoile tous ses secrets, du détroquage aux bassins de trempage.

A la fin de la visite, une halte s’impose ! il est inconcevable de partir sans avoir goûté quelques « précieuses » fines et iodées. Les perles de Cancale tiennent toutes leurs promesses !

Au passage, petit focus sur le travail dans les ateliers où Inga, notre guide, a travaillé le temps d’une année.