Cuguen

©BretagneRomantique

Un nom d'origine bretonne

Cuguen est un mot breton formé à partir des mots « coat » signifiant le bois et « gwenn » signifiant blanc.

La paroisse est citée pour la première fois lors de la visite de saint barthélémy, évêque de Marmoutiers, à Combourg, au 11ème siècle. Le seigneur de Cuguen, Main, ayant deux fils malades pria alors Barthélémy de venir en sa demeure, toute proche, les soigner. En remerciement, Main, lui donna l’église de Cuguen.

Aujourd’hui, Cuguen est une commune de 2354 hectares, habitée par 825 Cuguennais et Cuguennaises, regroupés autour de l’église Saint-Martin-et-Saint-Samson et reconstruite au 19ème siècle.

Cependant l’occupation de ce territoire remonte au néolithique comme l’atteste la présence du menhir dit La Pierre-Longue, christianisé au 19ème siècle et aujourd’hui classé aux Monuments Historiques. La légende raconte que la croix à son sommet permet de détourner le diable.

La Forteresse

Les ruines romantiques de la Forteresse de la Roche Montbourcher, édifiée aux 14ème et 15ème siècles, font également partie du patrimoine et de l’histoire de Cuguen. C’est en effet à cet endroit que se tenait la résidence du seigneur de Cuguen. Alliée aux forteresses de Combourg, Fougères, Landal et Dol, la Roche Montbourcher constitue un des éléments majeurs de la défense bretonne face aux volontés du Roi de France de s’accaparer le Duché de Bretagne. La forteresse est démantelée après la guerre de la Ligue au 16ème siècle. Les ruines sont classées aux Monuments Historiques depuis 1995.

Durant la seconde guerre mondiale, la commune évite de peu le sort qu’a connu le village d’Oradour sur Glane, suite au meurtre d’un officier allemand.

De nombreuses croix servent de repères dans les campagnes de Cuguen (75). Un circuit d'une trentaine de kilomètres (disponible à l'Office de Tourisme) vous permet d'en découvrir les plus intéressantes : la Croix des Trois Evêchés, la Croix du Champ Fleuri (1665) pour lesquelles on parle de "maître de Cuguen", la Croix des sculpteurs Motay et Eon (1676). 

Le jardin de La Péfolière

Ce jardin aménagé "à l'anglaise" met en valeur les plantes de terre de bruyère. Se développement, sur 2 ha, rhododendrons, camélias, magnolias et roses anciennes. Des paons y accueillent tous les amoureux des essences rares et odorantes. 

2354 hectares - 825 habitants - Cuguennais et Cuguennaises