Saint-Georges-de-Gréhaigne

Saint-Georges-de-Gréhaigne, 372 Gréhaignois et Gréhaignoises pour 1 215 hectares, tire son nom du prieuré de Gréhaigne, fondé au 11ème siècle par les Bénédictines de l’abbaye de Saint-Georges.

Située en contrebas du massif granitique de la Baie du Mont-Saint-Michel, la paroisse de Saint-Georges-de-Gréhaigne eut à subir de nombreux envahissements de la mer, dont les plus terribles durant les hivers 1688 et 1735 réduisirent les habitants à la mendicité.

Au 19ème siècle, la Compagnie des Polders de l’Ouest entreprend de construire des digues et de canaliser le Couesnon. La commune s’enrichit ainsi de belles terres agricoles. Auparavant, les bateaux pouvaient accoster au petit port de Saint-Georges, à un kilomètre du bourg, au lieu-dit le Pas-au-Bœuf.

Cette commune, située juste à la « frontière » entre Bretagne et Normandie, possède sa propre réplique de la Grotte de Lourdes, édifiée en 1944, suite au vœu de l’Abbé Heller. Celui-ci s’engagea à construire cet oratoire si la paroisse était épargnée par la terrible bataille qui se jouait entre Américains et Allemands à quelques kilomètres de là seulement.

Pittoresquement posée au sommet d’une colline rocheuse, la petite église Saint-Georges est encore entourée de son cimetière, auquel on accède par un portail monumental. La vue sur la Baie et les polders est imprenable depuis ce point de vue panoramique et l’on peut encore imaginer les flots venir lécher les pieds de la falaise en contrebas. L’édifice, daté des 13ème et 14ème siècles, est rebâti au 18ème siècle. Sa particularité réside dans le fait que sa nef soit plus large que le chœur, à cause de la reconstruction du 18ème siècle. De même son clocher en campanile est placé à la jonction des deux bâtiments signalant l’agrandissement.

1 215 hectares - 372 habitants - Gréhaignois et Gréhaignoises