Le siège et les griffes du Diable au Mont-Dol

Laissez-vous nous conter quelques légendes de notre Destination…

Lorsque les légendes laissent des marques !

Un site naturel idéal où les légendes ne manquent pas 

Dans la Baie du Mont-Saint-Michel, au cœur du Marais de Dol-de-Bretagne s’élève le Mont-Dol, un site naturel idéal où les légendes ne manquent pas.  
Ce lieu servait autrefois de protection pour les populations, c’était un lieu où l’on se sentait comme protégé des dieux. Afin de bénéficier d’un panorama à couper le souffle sur la Baie du Mont-Saint-Michel et les marais, nous vous invitons à monter sur son tertre.
Laissez-nous-vous conter certaines légendes concernant l’ange déchu, le Diable, car il y a laissé son empreinte !

C’est sur le rocher, près de la Chapelle Notre-Dame de l’Espérance, que le Diable prenait siège pour observer l’un de ses ennemis Saint-Samson qui était en train de bâtir une grande église, aujourd’hui la Cathédrale de Dol-de-Bretagne. Et c’est depuis ce siège que le Diable ulcéré de voir construire ce monument, se saisit d’un rocher et le projeta sur l’édifice pour l’écraser mais il avait mal calculé sa trajectoire et la pierre ne détruisit que le haut de la tour nord. C’est pour cette raison qu’il manque la partie supérieure de la tour. La pierre termina sa course dans le champ Dolent, et a donné son nom au menhir éponyme.

>>> Nous vous invitons à vous placer près du siège et à observer la vue sur toute la Baie du Mont-Saint-Michel.  

La tradition assure que lorsque Satan parcourait la contrée, il faisait d’énormes enjambées et allait ainsi de la vallée de Mireloup à Plerguer jusqu’au Mont-Dol, et du Mont-Dol au Mont Saint-Michel. Le pied du Diable est la trace laissée par son pas lors de cette randonnée.

Les griffes du Diable :

Sur ce même rocher, vous pourrez observer d’autres marques, ce sont celles des griffes du Diable. Elles sont le vestige du combat du Diable avec son ennemi le plus redoutable l’Archange Saint-Michel.

La légende de ce combat :

Après que le Diable ait construit l’abbaye du Mont Saint-Michel et qu’il contemplait fièrement son œuvre, l’Archange Saint-Michel le mit au défi de réaliser une semblable merveille, il se plaça en haut du Mont-Dol et, en une seule nuit, édifia un gigantesque palais de cristal, brillant de tout son éclat au soleil levant. Le Diable, vaincu et dépité, s’apprêtait à détruire son propre travail lorsque Saint-Michel lui proposa d’échanger leurs chefs-d’œuvre respectifs, ce qui fut sur le champ accepté. L’Archange Saint-Michel prit donc possession du mont, qui porte à présent son nom, tandis que le Diable s’installait dans le château éclatant de l’Archange. Mais les murailles qui semblaient de cristal étaient en réalité de glace que le soleil, en s’élevant, fit fondre. A la fin de la journée, il n’en restait qu’une mare. Inutile de décrire la rage de Satan, réalisant comment il avait été floué. Leur bataille fut rude et le Diable, précipité par son adversaire, laissa la marque de ces griffes sur le rocher en essayant de s’y accrocher avant de tomber au pied du Mont-Dol.

Le Diable n’est pas le seul, à avoir laissé son empreinte sur le Mont-Dol, l’Archange vainqueur, prit son élan pour s’envoler d’un saut jusqu’au Mont Saint-Michel ; l’empreinte de son pied se voit encore dans le granit, au sud-est de la tour de la Vierge.
On raconte que jadis, les jeunes gens désireux de se marier dans l’année venaient poser le pied dans cette empreinte. C’est également de son pied que l’Archange Saint-Michel fit jaillir la source intarissable qui alimente l’étang au sommet du tertre.

>> Et si par une journée venteuse vous entendez un cri, c’est sûrement le Diable essayant de s’accrocher au rocher…

A noter : tout en haut de l’abbaye du Mont Saint-Michel, vous pourrez voir la statue de l’Archange Saint-Michel terrassant le Diable.