Le Cœur

De Combourg au canal d'Ille et Rance

Le canal d’Ille-et-Rance comme fil d’Ariane... Flâner sur ses rives ou naviguer sur le pont d’un bateau de plaisance.

Au fil de l’eau…

Le saviez-vous ? Lors de sa construction, pour permettre aux bateaux le franchissement de 27 m de dénivellation, un escalier de 11 écluses a été construit. Ici, il faut aimer prendre son temps… 

Le canal a longtemps rythmé la vie du territoire : en raison du blocus maritime imposé par l'Angleterre, il fallut trouver une alternative pour ravitailler les ports militaires, en utilisant un réseau de voies intérieures navigables. C’est ainsi que fut construit le  canal, reliant les villes de Rennes et de Saint-Malo à partir de 1804. Il fut ouvert à la navigation le 28 octobre 1832. Plusieurs rigoles, dont celle de Boulet à Dingé, furent creusées pour alimenter le canal en eau. Cette rigole de 17 km de long, permettait d’amener l’eau de l’étang du Boulet vers le canal à l’aide d’aqueducs et de siphons. Aujourd’hui, seuls les bateaux de plaisance naviguent encore sur le canal.

C’est au gré de la balade que se découvrent de jolies haltes nautiques : Hédé-Bazouges, Tinténiac, Québriac, La Chapelle–aux-Filtzméens, Saint-Domineuc ou Tréverien offrent de vrais moments de détente et de bien-être. Ici, tout est calme et tranquillité. La nature s’impose à vous …

Pour en profiter encore davantage, et pour le plus grand plaisir de toute la famille, de Hédé - Bazouges à Tréverien, le chemin de halage a été aménagé en voie verte pour partir, à pied ou à vélo, à la découverte des trésors locaux ! Huit circuits vélos promenades® permettent de sillonner les alentours. Et ne manquez pas la balade nautique en canoë-kayak à Saint-Domineuc : une autre manière de découvrir le canal au fil de l’eau…

©Simon Bourcier

Côté nature

C’est ici, en Bretagne Romantique que vous trouverez l’un des « poumons verts » du Pays : la forêt du Mesnil qui s’étend sur les communes du Tronchet et de Mesnil Roc'h.

Cette forêt domaniale qui s’étire sur 522 hectares fut la propriété de Robert Surcouf, corsaire malouin du 18è-19è siècles, qui sillonna les mers d’Europe et d’Inde. C’est en 1933 que l’État la rachète et qu’elle devient de ce fait, forêt domaniale. C’est ici que la marine s’approvisionnait en bois pour les chantiers navals de Saint-Malo. C’est l’Office National  des Forêts (O.N.F.) qui l’entretient. Elle se compose de trois quarts de feuillus et d’un quart de résineux. La forêt vous invite à la balade sur ses nombreux sentiers pédestres et vélos aux noms évocateurs : « les bateaux naissent en forêt », « le sentier du corsaire », « la rive du lac », « la Maison des Feins »….

C’est à Mesnil Roc'h, au cœur de la forêt, que se dresse l’allée couverte appelée Maison des Feins ou des Fées. Située sur la propriété du baron Surcouf, elle est fouillée et restaurée au cours des années 1930 par Miss Collum et Sir Robert Mond. Les travaux révèlent la présence de nombreuses céramiques gauloises. Un squelette humain accroupi et couché sur le côté droit est mis à jour avec des vases, perles, coutelas...

Non loin de là, une particularité locale ne manquera pas de vous étonner : la commune de Mesnil Roc'h renferment des gisements de granit, dont l’un est  toujours exploité. C’est sa couleur qui fait son originalité. On l’appelle le granit bleu : il donne une teinte unique aux habitations. Pour mieux le découvrir, allez visiter le Jardin de Granit à Lanhélin où sont exposées une douzaine de sculptures monumentales en granits du monde entier.

Enfin, de nombreux sentiers de randonnées pédestres, équestres, vélos et VTT  sont à votre disposition et jalonnent les communes de Trémeheuc avec, par exemple, le « circuit des éoliennes », Bonnemain, Plesder, Cuguen, Lourmais, Meillac. De tous niveaux, pour les petits et les grands, mettez-vous au vert…. Des randoguides sont en vente dans les offices de tourisme locaux.

©Yannick LE GAL

Un pays et des hommes

La Bretagne Romantique, terre d’écrivains.

Le plus célèbre d’entre eux, François-René de Chateaubriand (19è), vécut une partie de son enfance à Combourg dans le château qui se mire dans le Lac tranquille en contrebas.  Le jeune Chateaubriand fut marqué par les lieux. Il raconte dans ses Mémoires d’Outre Tombe : « C’est ici, dans les bois de Combourg, que je suis devenu ce que je suis ». Sa présence imprègne encore fortement le château féodal (11è – 15 è siècles), toujours habité par ses descendants. Il se visite d’avril à octobre.

C’est pour son charme et son patrimoine que Combourg est classée « Petite cité de caractère ». C’est une étape incontournable : appelée berceau du Romantisme (cf. Chateaubriand ci-dessus), la cité possède de jolies maisons moyenâgeuses, de petites ruelles et une place centrale piétonne où il fait bon s’arrêter. A faire : la balade autour du Lac tranquille, ponctuée de panneaux d’interprétation sur l’histoire et le patrimoine local.

Patrimoine

Richesse et variété : tels sont les maîtres mots pour évoquer le patrimoine de la Bretagne Romantique.

La Région de Trimer, Saint-Thual, Longaulnay, La Baussaine possède encore de nombreuses maisons en terre, construites à base de torchis (mélange de terre et de paille). Certaines ont été admirablement restaurées. Comptant dans le patrimoine remarquable de la commune, l’église Saint-Léon, datant du XVème siècle, est inscrite à l’inventaire des monuments historiques depuis 1926. Elle fut dédiée à Saint-Léon, le grand Pape.

La Bretagne Romantique est au cœur d’un ensemble de châteaux médiévaux, de défense pour la plupart : le château de Montmuran (12è) aux Iffs, qui possède encore un pont-levis en état de marche, Combourg, de La Bourbansais (XVIème siècle) à Pleugueneuc, ou encore Lanrigan (XVème siècle)… La plupart sont ouverts au public (voir rubrique Loisirs de ce guide).

Enfin, une halte s’impose à Tinténiac pour apprécier son riche patrimoine architectural en flânant sur le circuit de découverte. L’église de la Sainte Trinité, construite par l’architecte Regnault au début du XXème  siècle, est un élément majeur du patrimoine de la commune. De style romano-byzantin, elle possède des caractéristiques très particulières : clochetons,  coupoles, lanternes. A voir aussi en centre–ville, les maisons à porches, la Grand’Maison, datant du XVème au XIXème siècles….

Non loin d’ici, d’autres églises ne manquent pas de charme : celle des Iffs, du XVIe siècle, est encore entourée de son cimetière. Porche remarquable à trois arcades. À ne pas manquer : le très bel ensemble de neuf vitraux du XVIème siècle où figurent les noms des généreux donateurs. La fontaine Saint-Fiacre –patron des jardiniers- aux Iffs est la seule fontaine couverte du Département. Tout près, à Saint-Brieuc-des-Iffs, charmante église également du XVIème siècle, où charpente et têtes d’animaux (engoulants) sont peints de couleurs vives, cas unique dans la région ! À voir : les deux ifs, dont le plus ancien avec ses 6 m. de circonférence aurait plus de 900 ans ! À Cardroc, l’église actuelle a été progressivement reconstruite sur l’antique église médiévale au cours des XVIème et XVIIème siècles et a été joliment restaurée en 2002. La Tour-Porche conserve toujours l’ossuaire au premier étage.

Autre curiosité architecturale : l’église de Saint-Léger des Prés, près de Combourg, possède une voute en forme de coque de bateau renversée et un bel enclos paroissial.

L’histoire locale a aussi été  très marquée par la culture du lin et du chanvre. Trois sentiers et thèmes de découverte à parcourir en famille, balade interactive avec GPS : le labeur des agriculteurs, le métier de tisserand et celui des marchands.

 

Retrouvez toutes les randonnées : ici