Broualan

Broualan, commune boisée du Pays de Dol-de-Bretagne, est une petite paroisse de 276 Broualanais et Broualanaises répartis sur 1 276 hectares.

Attesté depuis 1609, le nom de Broualan provient du breton « bro » (pays) et de l’anthroponyme « Alan ». Alain 1er étant alors le seigneur du Château de Landal, forteresse privée datant des 12ème et 15ème siècles.

Broualan est érigée en commune en 1887, et n’était auparavant qu’une simple dépendance de la paroisse voisine de La Boussac. Cependant, son église dédiée à Notre Dame de toutes joies fait partie des Monuments Historiques du département depuis août 1911.

En effet, résultat du vœu de la Dame de Landal, en remerciement du retour de son marin, longtemps absent, la charmante église de Broualan édifiée au 15ème siècle sur un ancien lieu de culte druidique, a la particularité d’abriter en son chœur, une source qui tombe dans une vasque de pierre sous le maitre–autel.

De nombreuses légendes agrémentent le lieu : celle des deux bœufs qui allaient chercher les pierres nécessaires à la construction à la carrière, sans guide, et revenaient de même, sans aucune aide humaine. Egalement, celle de la vache qui nourrit à elle seule, de son lait et de son beurre, tous les ouvriers affectés à la construction de l’édifice.

Durant la seconde guerre mondiale, la commune fut le témoin involontaire de l’éradication du maquis de Broualan, dans le bois de Buzot, qui coûta la vie à de nombreux habitants du bourg et à une dizaine de résistants.