Mesnil Roc’h

Une nouvelle commune

Mesnil Roc’h est une commune née le 1er janvier 2019, de la fusion de Saint-Pierre de Plesguen, Lanhélin et Tressé. Elle regroupe désormais 2841 Saint-Pierrais et Saint-Pierraises, 370 Tresséens et Tresséennes et 1011 Lanhélinois et Lanhélinoises.

Les élus ont choisi ce nom de commune pour rappeler les attraits touristiques majeurs de son territoire : la forêt du Mesnil et le granit bleu.

allee-couverte-tresse

La forêt du Mesnil

La forêt dont l’occupation remonte au néolithique abrite une allée couverte dite « Maison des Fées ». Monument Historique, ce remarquable témoignage de la préhistoire, long de 15 mètres, est constitué de 18 tables en pierre et constitue le point de mire de nombreuses balades pédestres forestières. C’est ici que sont nées de nombreuses légendes autour des « demoiselles volantes » et les nombreux circuits et sentiers d’interprétation permettent parfois d’en surprendre au détour d’un arbre…

Le granit bleu, également appelé granit de Lanhélin, est un atout économique majeur de la région depuis le 19ème siècle. Son extraction a servi à orner la cour pavée du Musée du Louvre et à la réalisation de la Croix de Lorraine du Mémorial de Colombey-les-Deux-Eglises.

Lanhélin accueille le ravissant Jardin de Granit. 15 artistes y exposent leurs œuvres, toutes nées du granit bleu, entre 1993 et 1994. Ouvert toute l’année et d’accès libre, une agréable promenade attend le visiteur au cœur de ce jardin où se cache l’ancien manoir de la Hallée, daté du 16ème sièce et bâti… en granit !

Lanhélin a servi de décor lors du tournage du film de Philippe Lelouch « Nos plus belles vacances ». Certains éléments ont été créés de toutes pièces pour l’occasion (une quincaillerie et un débit de tabac) et donnent un charme désuet au bourg.

Côté nature, Saint-Pierre de Plesguen accueille un verger conservatoire au lieu-dit la Prairie des Chesnais, afin de préserver un patrimoine unique et en faire bénéficier les générations futures. En effet, autrefois, Saint-Pierre de Plesguen ne comptait pas moins de 60 variétés de pommiers, dont 10 uniquement sur la commune, que ce soit pour le cidre ou la consommation « de pomme au couteau ». L’industrie du cidre occupait une place importante dans la commune et la consommation était de 400 litres par année et par habitant !

De nombreuses bâtisses remarquables en granit sont à découvrir, telle que la maison du Poncet, plus ancienne maison de Lanhélin, datée des 16ème et 17ème siècles. La finesse des linteaux sculptés souligne ici l’habileté des sculpteurs de pierre de l’époque. De très belles souches de cheminées sculptées, et de magnifiques pierres tombales se découvrent lors de balades dans le bourg de Saint-Pierre de Plesguen. On remarque une ancre de marine sculptée en bas-relief sur le fronton de la Mairie de Saint-Pierre de Plesguen, témoignage des siècles passés, où la commune était un vivier de main d’œuvre des armateurs malouins, pour la pêche morutière à Terre Neuve.

2841 Saint-Pierrais et Saint-Pierraises 370 Tresséens et Tresséennes 1011 Lanhélinois et Lanhélinoises