Lourmais

Lourmais, détachée de la paroisse primitive de Combourg est une ancienne possession templière dite la Croix Rouge.

722 hectares pour 352 Lourmaisiens et Lourmaisiennes, font de Lourmais une des plus petites communes de la Bretagne Romantique.

Le bourg est recentré autour de son église paroissiale dédiée à Sainte-Anne. Cette église, très ancienne, rebâtie entre les 16ème et 17ème siècles conserve encore des vestiges de l’appareillage roman dans son mur nord. Elle forme avec son enclos paroissial, un ensemble architectural majeur dans le bourg.

Le paysage vallonné de Lourmais a conservé son identité en échappant au remembrement et en conservant son bocage. On y découvre une quinzaine de croix sculptées, dont les plus anciennes remontent au Moyen-Age.

Les maisons traditionnelles rurales révèlent un mode de vie simple et communautaire. Ainsi peu de fermes sont isolées, l’habitat étant regroupé en petits hameaux. La plupart des bâtisses remontent aux 16ème et 17ème siècles et se distinguent par deux ouvertures en plein cintre : une entrée pour les hommes et une entrée, plus basse, pour le bétail logé sous le même toit.

Si la commune possède trois manoirs, celui appelé Château du Breil se distingue du reste des habitations de la commune par une architecture néo 17ème siècle.  Bâti en 1862 par Jean-Baptiste Martenot, l’auteur des fameuses Halles Martenot de Rennes, ce manoir remplace une bâtisse plus ancienne du 16ème siècle, aujourd’hui menacée de ruine. Elégant et élancé, le bâtiment est composé de cinq travées ordonnancées, de hautes toitures en pavillon et de chaînages d’angles soignés. La pierre de calcaire taillée allège l’austérité de la façade sur les frontons des portes et des fenêtres.  Cette belle demeure aujourd´hui privée a servi d´école d'agriculture de 1960 à 1978.

Pour les promeneurs, les étangs de Trémigon, du Milieu et du Moulin forment un bel ensemble de balades au grand air.

722 hectares - 352 habitants - Lourmaisiens et Lourmaisiennes