Les Iffs

Son église 

Les Iffs est une petite commune de 452 hectares, dont l’histoire est intimement liée à la seigneurie de Montmuran et à son château.
280 Ifféens et Ifféennes se regroupent sur ce petit territoire dont le cœur n’a pas évolué depuis les années 1830.  

L’église Saint-Ouen, bâtie au 15ème siècle, est de style gothique flamboyant. Sa construction est due en partie à la générosité des habitants, qui jouissent d’une relative prospérité grâce au commerce du lin et du chanvre. Ses vitraux illustrent l’art du vitrail au 16ème siècle et lui vaut d’être classée aux Monuments Historiques en 1906. Cette église est une des rares de la région à comporter encore son enclos paroissial toujours en service. On y accédait par trois entrées, toutes barrées par une pierre plate dressée sur chant, qu’il fallait enjamber, ceci afin d’interdire l’accès de l’enclos sacré aux démons. Ce dernier a conservé son cimetière d’origine et l’on y trouve la tombe de la famille de la Villeon, propriétaire du château de Montmuran depuis 1888.

Montmuran

Le château de Montmuran, sans nul doute la pépite de la commune des Iffs et de la région, est une forteresse du 12ème siècle, remaniée aux 13ème, 15ème, 17ème et 18ème siècles.
C’est la famille de Tinténiac qui décide de bâtir un premier donjon en bois en 1036. Celui-ci est rasé par les Plantagenêts en 1168. En 1170, le seigneur de Tinténiac fait construire un nouveau château en pierre dont subsistent encore aujourd’hui le donjon et une tour.
Au cours du 14ème siècle, le château s’agrandit et se compose alors de 7 tours reliées par des courtines, en plus du donjon.
En 1354, Bertrand Du Guesclin est adoubé chevalier en la chapelle du château. On y voit encore un très beau vitrail relatant sa vie.
En 1547, le château passe aux mains des Coligny par le mariage de Charlotte de Laval et de Gaspard de Châtillon, seigneur de Coligny. Ce dernier sera une des premières victimes de la Saint-Barthélémy. Le château reste propriété des Coligny jusqu’en 1643, contribuant ainsi largement au développement économique de la région.
Actuellement, le château, auquel on accède par une rabine, est composé de deux tours du 12ème siècle, d’un imposant châtelet du 14ème siècle, dont tous les systèmes défensifs sont encore en état de marche, et d’un corps de logis des 17ème et 18ème siècles.

Autre élément remarquable de la commune, la gentilhommière de la Bouaye, construite en 1554, modifiée au 17ème siècle et inscrite aux Monuments Historiques en 1968. Il s’agit d’une ancienne maison de tisserand ifféen.

La fontaine Saint-Fiacre

Fontaine que l'on découvre à l'entrée du village, est une belle fontaine close qui referme la statue du saint. Dès le 12ème siècle, l'eau de cette source, conduite par une canalisation en poterie, alimentait les douves et la fontaine du château. La légende raconte que saint Fiacre, patron des jardiniers, ayant soif alors qu'il passait par là, a frappé le sol de son bâton, faisant jaillir une source qui ne tarit pratiquement jamais. Cette eau miraculeuse, invoquée en procession pour faire venir la pluie en période de sécheresse, était aussi dotée de multiples vertus ; maux de ventre, grossesse, allaitement, entre autres cas, étaient l'occasion de venir la goûter.  

452 hectares - 280 habitants - 280 Ifféens et Ifféennes