Hédé-Bazouges

Hédé-Bazouges, résultat de la fusion de trois communes en 1973 ; Hédé, Bazouges sous Hédé et Saint-Symphorien, est une commune de 2243 hectares et dont les habitants, au nombre de 2162, sont appelés Hédéens et Hédéennes.

Le territoire est habité depuis l’époque préhistorique, comme en témoignent les alignements de menhirs de Bringuerault, vieux d’environ 7000 ans et le tumulus de la Bézardière, situé près de l’étang du même nom. Au lieu-dit, le Bas Chesnay, ce sont les vestiges d’une ferme gauloise qui attestent de l’occupation prolongée du territoire, ainsi que la découverte d’un nymphée du 3ème siècle à la Ville Allée. Un nymphée est unegrotte abritant une source et destinée aux nymphes. C'est un lieu sacré des légendes gauloises.

La commune est située sur un plateau de collines venant de Normandie, formant le petit relief de Bretagne à une quarantaine de mètres d’altitude.

La tribu des Haduc

La ville de Hédé, de la tribu des Haduc en provenance de Grande Bretagne vers le 5ème siècle, s'est formée autour d’un premier château cité dès le 11ème siècle. Cette motte castrale appelée la "motte Jeuhan" fut prise par une troupe anglaise en 1156 et un nouveau château en pierre est bâti peu de temps après à l’ouest de la ville. La forteresse fut de nouveau prise par surprise durant la Ligue par le Duc de Mercoeur en 1596 et démantelée sur ordre de Henri IV en 1598. L'enceinte à neuf côtés avait été construite à la fin du 14ème siècle par le duc Jean IV et dominait de 98 mètres les plaines environnantes.

Il est important de noter que Hédé fut une importante place guerrière au Moyen-Age, et le siège d’une cour ducale puis royale. La paroisse possédait une communauté de ville et avait le droit d’envoyer des députés aux États de Bretagne, pour prendre part avec les deux ordres du clergé et de la noblesse, à la gestion des affaires de la province.

L’agrandissement du territoire de la commune débute en 1802, car certaines constructions débordaient sur les communes de Bazouges sous Hédé et Saint-Symphorien. Le budget municipal étant en déficit, le conseil avait demandé une augmentation du territoire, qui aboutit en 1973. Cependant, en 2008, la paroisse de Saint-Symphorien est de nouveau érigée en commune.

Le territoire compte plusieurs points d’eau tels que le Bassin de Bazouges, l’étang de la Bézardière et l’étang de Hédé. Le canal d’Ille et Rance traverse également la commune et l’on y découvre le site dit des onze écluses. Il s’agit d’un alignement d’écluses successives éloignées de 200 à 300 mètres les unes des autres et permettant de continuer la navigation malgré la topographie escarpée du terrain.

Le site des onze écluses regroupe tout un patrimoine architectural typique, construit pour les éclusiers, mais aussi pour le confort des chevaux qui tiraient les challans sur les chemins de halage avant l’arrivée des péniches à moteur.

De nos jours, la commune est animée grâce aux festivals « Jazz aux écluses » et « Bonus », un festival de théâtre.

Autrefois, le festival « Bazouges fait son cinéma » avait lieu tous les ans depuis l’an 2000 afin de récolter des fonds destinés à restaurer la maison sur pilotis de l’étang de Bazouges, véritable fleuron du petit patrimoine. C’est désormais chose faite, et le clap de fin a eu lieu en 2015. Depuis la maison sur pilotis est devenu une résidence d’artistes.

Le 15 août, la fontaine de l’écuellée accueille la traditionnelle messe de l’Assomption, en plein air sur un site propice aux miracles depuis 1866.

2243 hectares - 2162 habitants - Hédéens et Hédéennes