Plerguer

La Paroisse d'Arcar

Les premières références écrites de cette paroisse remontent au 9ème siècle.
Le nom de Plerguer vient du breton « Ploev » (paroisse) et du nom d’une personne « Arcar », ce qui signifie « la paroisse d’Arcar », ploevarcar et plus tard Plerguer. Mais il semble que la paroisse existait bien avant puisque des gisements gallo-romains ont été découverts dans différents hameaux. Plerguer était également traversée par la voie romaine reliant Corseul dans les Côtes d’Armor à  Avranches dans la Manche.

Commune essentiellement rurale

Plerguer est recouverte au sud par les bois de Beaufort et Mireloup ainsi que les deux étangs du même nom, véritable château d’eau du pays malouin. Au nord, c’est une zone essentiellement marécageuse, qui va être au cœur de querelles et procès afin de déterminer à qui appartiennent ces terres. Finalement Plerguer obtient gain de cause et en fait une source de revenus non négligeable, en les transformant en zones de pacages, loués à des fermiers pour leurs animaux.

En 1911 et 1912, les marais font l’objet de travaux de drainage. Des fossés sont creusés et des canaux divisent la roselière en parcelles. Des peupliers sont plantés au bord de ces canaux.

 

Plerguer

Une commune riche en pierre

L’habitat est construit en granit, tiré du sous-sol et en provenance de Lanhélin toute proche. Au 20ème siècle, on exploite aussi le granit bleu de Saint-Pétreux, un hameau situé au sud-est de la commune.

 

Les badious

Coté patrimoine, il faut souligner la traditionnelle fête des Badious, entre mi-mai et mi-juin, qui célèbre l’arrivée du printemps et des fameuses cerises plerguerroises : les badious. Défilés de chars, marché traditionnel et musiques rythment ce week-end festif.

Coté nature, deux sentiers de randonnées équestre et pédestre permettent de découvrir la commune.

 

2 019 hectares - 2 800 habitants - Plerguerrois & Plerguerroises.