-A +A

Les trésors archélogiques

Du néolithique à la marine royale

Les trésors de l’histoire malouine ont été mis au jour grâce aux fouilles archéologiques. Un voyage dans le temps vous conduira au néolithique à Lillemer, à l’époque des Vikings sur la Rance ou au temps de la marine royale à Saint-Malo.

Le site néolithique de Lillemer

Le village de Lillemer est situé entre marais blanc et marais noir à l’ouest de Mont-Dol. Des vestiges de l'époque néolithique, datant de 4 000 ans avant Jésus-Christ ont été découverts lors des fouilles archéologiques menées depuis 2001.

Grâce au sol tourbeux et humide, les vestiges mis au jour sont dans un état de conservation exceptionnel. Une entrée monumentale fait partie des découvertes, présumant l'existence d'un système d'enceinte néolithique étagé sur la butte de Lillemer. Des milliers de pièces lithiques, céramiques, objets domestiques, ainsi que des ossements d’une sépulture adulte ont été exhumés.

Les fouilles menées sur le village ont donné naissance à un centre d’interprétation du néolithique. L’espace est ouvert gratuitement à la visite, aux mêmes horaires que ceux de la mairie.

Les épaves corsaires de la Natière

Deux frégates corsaires se sont perdues au 18ème siècle dans la baie de Saint-Malo : la Dauphine et l’Aimable Grenot. Les épaves des navires ont été découvertes fortuitement par un plongeur malouin en 1995 sur les rochers de la Natière.

La Dauphine, bâtiment de 300 tonneaux comptait 180 marins à bord. Construite au Havre, son naufrage eu lieu le 11 décembre 1704. La frégate royale de Granville, l’Aimable Grenot, s’est perdue en mer le 6 mai 1759. Elle partait pour Cadix vendre des toiles bretonnes.

Fouillés depuis 1999, les deux bateaux ont livré plus de 3 000 objets mobiliers : épées, sabres et pistolets, vêtements, céramiques normandes et même du matériel de chirurgien.

Il s’agit de l’un des chantiers archéologiques sous-marins des plus riches au monde. Les recherches menées sur ces navires aboutiront sur l’ouverture en 2019 d’un musée maritime.

Le camp Viking

Les vestiges d’un camp viking subsistent dans l’anse de Vigneux à Saint-Suliac, sur les bords de la Rance. Il s’agirait d’un campement fortifié occupé par les Normands au 10ème siècle. Cet ensemble constitué de murs en pierre n’est visible qu’à marée basse.

Si le site n’a pas livré tous ses secrets, on suppose qu’une fortification de bois était juchée sur un promontoire de terre et entourée d'un assemblage de pierres.  Un retranchement extérieur certainement protégé par des pieux devait pouvoir accueillir les drakkars à l'abri, côté terre.

Pour le voir, empruntez le circuit du Mont Garrot, long de 4 kilomètres. Véritable promontoire au-dessus de l'estuaire maritime de la Rance, le Mont-Garrot offre un magnifique panorama sur Saint-Suliac et l'anse de Vigneux. Le départ se situe à 800 mètres de Saint-Suliac au niveau du moulin de la Chaise.