-A +A

Sur les pas de Marie-Laure ...

"Toute la lumière que nous ne pouvons voir"

mary_margaret_chappell.jpg

Mary Margaret Chappell

Moi, Américaine vivant à Cancale, j'ai (re)découvert la Cité corsaire à travers le roman d'Anthony Doerr, écrivain américain

J’ai une chance inouïe de pouvoir faire ce qui me rend heureuse dans un lieu que j’aime autant. Et pendant ces moments de l’année quand je ne suis pas à Cancale, ma vie cancalaise imprègne tout ce que je fais ...

Et voilà ce que je fais ....

My Cancale Kitchen 

Mary Margaret Chappell

J’ai mis du temps avant de lire Toute la lumière que nous ne pouvons voir ... 

Le best-seller américain qui se passe à Saint-Malo pendant la deuxième guerre mondiale. Malgré les éloges de mes amis, malgré le prix Pulitzer (équivalent du prix Goncourt aux US), je gardais mes distances. Est-ce qu’un romancier américain pouvait vraiment être à la hauteur en ce qui concerne la cité corsaire ? (Ceci s’appelle « être plus royaliste que le roi » en bon français…je suis, après tout, une Américaine qui se croit plus ou moins d’une telle hauteur…) Mais quand une bonne copine m’a envoyé le roman (relié!), il a bien fallu que je m’y mette.

Et là, j’ai découvert que, Anthony Doerr est à la hauteur. Sous sa plume, Saint-Malo s’ouvre comme une des boîtes à secrets que Marie-Laure Le Blanc, la jeune fille aveugle du roman, reçoit de son père à chaque anniversaire. C’était beau. Prenant. Riche en détails. Et bigrement bien écrit. Très vite, j’étais plongée dans une ville que je connaissais bien - et que je ne connaissais pas du tout.

A la recherche du 4 rue Vauborel

Saint-Malo intra-muros, c’est surtout une ville que je visite extra-muros—les plages, les rochers - et supra-muros - les remparts. Je rentre rarement dans les murs. Où se trouve donc cette fameuse rue Vauborel et son étroite maison de cinq étages  (six si l’on compte le grenier…et ceux qui ont lu le livre savent bien qu’il faut compter le grenier !), domicile de Marie-Laure et de son grand-oncle Etienne ? Aucune idée.

 

Mais ça me chatouille …je veux voir. Je prends le temps (et le GPS de mon téléphone) et je vais au 4 rue Vauborel. A l’ouest de la ville fortifiée, l’adresse déçoit - c’est juste un grand bloc d’appartements (re)construits après la guerre. Mais tout autour, il y a plein de maisons qui ressemblent à la demeure décrite. Laquelle, je me demande, a inspiré l’auteur ? Cette maison avec un air abandonné ? Celle-là avec sa tour presque médiévale ? Ou bien un de ces trois immeubles collés au fond d’une impasse ? Y avait le choix.

Dans les pas de Marie-Laure

Les yeux sur les toits, je pénètre dans la ville dense, close, et labyrinthique. Mais très vite, je dois baisser mon regard—mes pieds trébuchent dangereusement sur les pavés. Gris, roses, blancs, noirs, lisses, courbés, élégants, usés – comment et pourquoi une telle variété de pierres ? Comment et pourquoi est-ce que je ne les avais pas remarqué auparavant ? (Et comment est-ce qu’une fille aveugle aurait pu se déplacer sur ces pavés sans tomber à plusieurs reprises ?)

Suivant les parterres de pavés, je rentre dans le dédale de rues, d’escaliers et de passages vides et silencieux - pourtant la ruée des touristes n’est jamais loin. Des rayons de soleil percent l’ombre des bâtisses.

 

Je suis les chemins jusqu’à la lumière, puis jusqu’aux murs de la ville. Je les contourne d’en bas pour la première fois, découvrant une galerie de niches, portes et grottes qu’on n’imagine même pas quand on est sur les remparts.

« Un pain ordinaire, s’il vous plaît. »

Je trouve une boulangerie. Toujours en mode « Toute la lumière… » je demande un gros pain, ma version du pain ordinaire acheté par Marie-Laure tous les jours dans le roman. Je ne suis pas servie par une boulangère de la Résistance et mon pain ne contient pas de message secret. Mais une fois chez moi, il prolongera le souvenir de ces moments vécus entre le réel et l’imaginaire.

  • chateau_remparts.jpg
  • maison_1.jpg
  • maison_2.jpg
  • maison_3.jpg
  • escalier.jpg
  • porte_remparts.jpg
  • pain_ordinaire.jpg
Fiche seule en pleine pageDétails de la fiche (1 fiche uniquement)Carré