-A +A

La ferme du bonheur

Rencontre avec Lydie Bourdais

portrait_gregoire_choleau.jpg

Grégoire

Ce matin j'ai rendez-vous à la ferme de Lydie Bourdais à La Fresnais pour assister à la tonte de ses chèvres Angora. Deux fois par an, son troupeau de 23 chèvres perd sa toison couleur écru.

C'est un jour important, résultat de 6 mois de travail car ici les chèvres sont élevées pour leur laine, une laine mohair de qualité reconnue par le label Mohair des fermes de France. Il est à peine 10 heures et dehors la température extérieure frôle encore les 0° ! La petite gelée matinale le long du bief nous rappelle que l'hiver n'est pas fini dans le marais. "On sera dans le hangar" m'a prévenu Lydie. Je pousse la porte, Lydie m'accueille avec un grand sourire. Philippe tondeur spécialisé est déjà en plein travail : en à peine 10 minutes, Marjolaine perd son épais manteau. La tonte d'une chèvre à la morphologie anguleuse est beaucoup plus longue que celle d'un mouton aux formes arrondies. C'est au tour de Lumière d'une année plus vieille de passer à la tondeuse. Elle est née sur la pâture d'où son nom. "Je fais attention au prénom que je leur donne !" me dit Lydie, c'est comme pour nous. L'histoire a démarré il y a 13 ans. Après avoir amélioré la qualité de la laine, c'est la quantité que Lydie vise pour les années à venir. Un bouc sélectionné a rejoint la grande famille l'année dernière. Pour que la musique soit belle, le jeune chef d'orchestre a été prénommé Mozart.

Dans le troupeau, 2 mâles castrés vont aussi donner leur toison. Plus grands et plus costauds, ils fourniront 3 à 3,5 kg quand les chèvres en donnent 2 à 2,5 kg. Lydie stocke chaque tonte dans des sacs individuels qu'elle triera plus tard afin d'éliminer les brins de paille et autres corps étrangers. La laine est ensuite envoyée dans le Tarn pour être traitée. Les performances de chaque animal sont suivies et la laine est triée en 4 classes en fonction de l'âge, de l'homogénéité et la finesse de l'animal. La première classe sera utilisée pour les chaussettes alors que la dernière servira aux plaids et couvertures.

"Je fais transformer, je fais tricoter, c'est une grande chaîne humaine et à la fin les gens portent sur eux un peu de moi et un peu de mes filles". Les chèvres sont entrées dans sa vie et lui demandent beaucoup de temps. Eleveuse passionnée, Lydie est intarissable a propos de ses chipies.

De Pâques à la Toussaint, elle organise des visites de la ferme et de la boutique. "J'adore, c'est du vivant, c'est pour partager que je fais les visites". Elle est également présente au marché de Dinard tous les samedis et participe à quelques marchés de producteurs et salons.

  • cg_choleau_27.jpg
  • cg_choleau_15.jpg
  • cg_choleau_19.jpg
  • cg_choleau_8.jpg
  • cyannlangevin_mohair.jpg