-A +A

250 ème anniversaire de François-René de Chateaubriand

> 4 au 16 septembre > 23 & 29 novembre >

[Instant Romantique]

©Saint-Malo Tourisme - Maison natale

Sa maison natale ...

François-René de Chateaubriand est né le 4 septembre 1768, dans l’ancien hôtel de la Gicquelais, au deuxième étage du numéro 3 de l’ancienne rue des Juifs (actuellement rue Chateaubriand) au cœur de la cité corsaire.
Quelques lignes ci-dessous extraites des Mémoires d’outre-tombe où l’écrivain parle de sa naissance :
« La chambre où ma mère accoucha domine une partie déserte des murs de la ville, et à travers les fenêtres de cette chambre on aperçoit une mer qui s’étend à perte de vue, en se brisant sur des écueils (…). Le mugissement des vagues, soulevées par une bourrasque annonçant l’équinoxe d’automne, empêchait d’entendre mes cris : on m’a souvent conté ces détails ; leur tristesse ne s’est jamais effacée de ma mémoire. Il n’y a pas de jour où, rêvant à ce que j’ai été, je ne revoie en pensée le rocher sur lequel je suis né, la chambre où ma mère m’infligea la vie, la tempête dont le bruit berça mon premier sommeil, le frère infortuné qui me donna un nom que j’ai presque toujours traîné dans le malheur. Le Ciel sembla réunir ces diverses circonstances pour placer dans mon berceau une image de mes destinées. »

©SMBMSM - Plage du Sillon

Son enfance à Saint-Malo

Enfant, son terrain de jeu préféré est la plage du Sillon, entre vents et marées, où il joue avec les vagues et grimpe sur les brise-lames, ces grands troncs de chêne plantés dans le sable et qui protègent la ville de l’assaut des vagues…
Il écrit sur ses jeux de plage les lignes suivantes :
« Nous étions un dimanche sur la grève, à l’éventail de la porte Saint−Thomas à l’heure de la marée. Au pied du château et le long du Sillon, de gros pieux enfoncés dans le sable protègent les murs contre la houle. Nous grimpions ordinairement au haut de ces pieux pour voir passer au−dessous de nous les premières ondulations du flux. Les places étaient prises comme de coutume ; plusieurs petites filles se mêlaient aux petits garçons. J’étais le plus en pointe vers la mer, n’ayant devant moi qu’une jolie mignonne, Hervine Magon qui riait de plaisir et pleurait de peur. Gesril se trouvait à l’autre bout du côté de la terre. Le flot arrivait, il faisait du vent ; déjà les bonnes et les domestiques criaient : « Descendez, Mademoiselle ! Descendez, Monsieur ! » Gesril attend une grosse lame : lorsqu’elle s’engouffre entre les pilotis, il pousse l’enfant assis auprès de lui ; celui−là se renverse sur un autre ; celui−ci sur un autre : toute la file s’abat comme des moines de cartes, mais chacun est retenu par son voisin ; il n’y eut que la petite fille de l’extrémité de la ligne sur laquelle je chavirai qui, n’étant appuyée par personne, tomba. Le jusant l’entraîne ; aussitôt mille cris, toutes les bonnes retroussant leurs robes et tripotant dans la mer, chacune saisissant son magot et lui donnant une tape. Hervine fut repêchée ; mais elle déclara que François l’avait jetée bas. Les bonnes fondent sur moi ; je leur échappe ; je cours me barricader dans la cave de la maison : l’armée femelle me pourchasse. Ma mère et mon père étaient heureusement sortis. La Villeneuve défend vaillamment la porte et soufflette l’avant−garde ennemie. Le véritable auteur du mal, Gesril, me prête secours : il monte chez lui, et avec ses deux sœurs jette par les fenêtres des potées d’eau et des pommes cuites aux assaillantes. Elles levèrent le siège à l’entrée de la nuit ; mais cette nouvelle se répandit dans la ville, et le chevalier de Chateaubriand, âgé de neuf ans, passa pour un homme atroce, un reste de ces pirates dont saint Aaron avait purgé son rocher. »

©Indigo Communication - Combourg

Au Château de Combourg

Puis quand Chateaubriand a 8 ans, lui et sa famille quittent Saint-Malo pour rejoindre Combourg, jolie commune située à une trentaine de kilomètres de la côte, où la famille s’installe dans le château, ancienne forteresse médiévale restaurée et dont la vue domine les rues du bourg et le lac. https://www.chateau-combourg.com/francais.htm

Dans le château, la chambre où dormait Chateaubriand enfant est  en haut de la tour du chat qui donne sur le lac. Cette chambre où la solitude et la peur le marqueront à jamais.
« La fenêtre de mon donjon s'ouvrait sur la cour intérieure ; le jour, j'avais en perspective les créneaux de la courtine opposée, où végétaient des scolopendres et croissait un prunier sauvage. Quelques martinets qui, durant l'été, s'enfonçaient en criant dans les trous des murs, étaient mes seules compagnons. La nuit, je n'apercevais qu'un petit morceau du ciel et quelques étoiles. Lorsque la lune brillait et qu'elle s'abaissait à l'occident, j'en étais averti par ses rayons, qui venaient à mon lit au travers des carreaux losangés de la fenêtre. Des chouettes voletant d'une tour à l'autre, passant et repassant entre la lune et moi, dessinaient sur mes rideaux l'ombre mobile de leurs ailes. Relégué dans l'endroit le plus désert, à l'ouverture des galeries, je ne perdais pas un murmure des ténèbres. Quelquefois, le vent semblait courir à pas légers ; quelquefois il laissait échapper des plaintes ; tout à coup, ma porte était ébranlée avec violence, les souterrains poussaient des mugissements, puis ses bruits expiraient pour recommencer encore. A quatre heures du matin, la voix du maître du château appelant le valet de chambre à l'entrée des voûtes séculaires, se faisait entendre comme la voix du dernier fantôme de la nuit. »

©SMBMSM - Plage de Bon Secours

Dernier message d‘outre-tombe

A marée basse, c’est de la plage de Bon-Secours, que la promenade démarre vers l’ilot du Grand Bé où est enterré l’écrivain. C’est selon son vœu que depuis le 18 juillet 1848, il repose près du bord de la falaise, éternellement tourné vers la mer, dont dira-t-il « le bruit berça mon premier sommeil ». Sa tombe ne comporte aucune plaque, aucune inscription ; en revanche depuis 1948, une plaque est apposée sur le mur en arrière de la tombe avec ces mots : « Un grand écrivain français a voulu reposer ici pour n’y entendre que la mer et le vent. Passant respecte sa dernière volonté ».

250e anniversaire de la naissance de Chateaubriand

Le 4 septembre 1768 naissait l'immense écrivain François-René de Chateaubriand. A l'occasion du 250e anniversaire de sa naissance, la ville de Saint-Malo propose un programme de commémorations composé de spectacle, colloque, balade et expositions.

VENDREDI 7 SEPTEMBRE
18h :  spectacle « MÉMOIRES D’OUTRE-TOMBE » La vie exceptionnelle de l’écrivain avant et après la Révolution. D’après François-René de Chateaubriand, sur une idée de Jean-Paul Farré, conçu et réalisé par Jean-Luc Tardieu. Interprète : Jean-Paul Farré. Théâtre Chateaubriand à Saint-Malo, 6 rue Groult de Saint-Georges. Entrée gratuite dans la limite des places disponibles. Possibilité de réserver des places au guichet culture de La Grande Passerelle

7 ET 8 SEPTEMBRE
Le 20e Prix Combourg-Chateaubriand Les 7 et 8 septembre à Saint-Malo et à Combourg, sous le haut patronage de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

MERCREDI 12 SEPTEMBRE
16h50 : rassemblement à la porte des Champs-Vauverts Cérémonie au tombeau sur le Grand-Bé.

JEUDI 13 SEPTEMBRE
Dans le cadre du colloque « Chateaubriand et la Bretagne » organisé par la Société Chateaubriand et l’Association des Amis de la Maison de Chateaubriand, en liaison avec le Souvenir de Chateaubriand-Amitiés culturelles de Saint-Malo : • 20h30 : représentation de la pièce Le Souper de Jean-Claude Brisville Théâtre Chateaubriand, par Pierre Hentz et Yvan Lambert. Billetterie sur place le soir de la représentation – 10€

VENDREDI 14 SEPTEMBRE
20h30 : concert par le Conservatoire de Saint-Malo au Théâtre Chateaubriand, musique de chambre, « De la musique que Chateaubriand a pu entendre à celle qu’il a inspirée ».
Programme : L’inspiration romantique du temps de Chateaubriand en musique de chambre.
Piano : Jocelyn Loyer, Nicolas Royez ; Soprano : Marie-Dominique Loyer ; et leurs invités.
Tél. 02 99 40 78 04 /  guichetculture@saint-malo.fr
18€ / 9€. Billetterie au guichet culture de La Grande Passerelle et sur place le soir du concert

SAMEDI 15 SEPTEMBRE
9h30 : Messe à la cathédrale de Saint-Malo En commémoration de la cérémonie du baptême de François-René de Chateaubriand (le 5 septembre 1768), concélébrée par les Pères B. Heudré et J. Dubray.

SAMEDI 15 ET DIMANCHE 16 SEPTEMBRE
dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine • à 14h30 et 16h : Chateaubriand au fil d’une balade virtuelle intra-muros, ponctuée de lectures des « Mémoires de ma vie ».  à la Médiathèque. Sur inscription. Tout public.

JUSQU’AU 16 SEPTEMBRE
À La Grande Passerelle • L’expo des espaces Patrimoine/Mer Marine Les 3 vitrines présenteront des éditions anciennes des œuvres de Chateaubriand, des livres d’artistes ainsi que des ouvrages évoquant ses nombreux voyages. • La détente au salon « L’enchanteur » Sélection de livres contemporains rarement mis à disposition (correspondances…) et beaux livres de voyages. • Testez et approfondissez vos connaissances ! Via un blog, une gazette composée d’articles de presse que Chateaubriand, journaliste, a lui-même rédigés dans le journal Le Conservateur ou l’écoute sur place des livres audio de ses œuvres. • Voyagez… Avec une carte géographique interactive, une application de réalité augmentée et une expo du Manoir Jacques Cartier évoquant le voyage en Amérique de Chateaubriand.

VENDREDI 23 NOVEMBRE
20h15 : Culture dans tous ses quartiers. Conférence donnée par Philippe Petout «Chateaubriand méditant sur les ruines de Rome». Présentation du «dossier d’œuvre» du plus célèbre portrait de l’écrivain, œuvre présentée dans le musée de Saint-Malo. Salle de quartier Marne-Éveil.  20h15 Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

JEUDI 29 NOVEMBRE
Les jeudis de la Grande Passerelle. Hommage rendu à Chateaubriand par l’association L’Encre Malouine Le père Heudré évoquera celui qui reste à jamais attaché à l’histoire de notre ville. Grande Passerelle – Vauban 2. 18h Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Application "Sur les pas de Chateaubriand"

Une webapplication Les villes de Saint-Malo, Combourg, Dinan et Plancoët ont souhaité proposer une itinérance entre ces endroits où l’illustre personnage a vécu. De sa maison natale jusqu’au Grand-Bé en passant par le Château de Combourg, la rencontre de sa nourrice à Plancoët ou les remparts de Dinan, le promeneur pourra, au gré des 29 étapes géolocalisées de la vie de Chateaubriand, découvrir des documents rares, écouter les textes de l’éditeur Christophe Penot lus par le comédien Jean-Claude Drouot et illustrés par la musique du compositeur paraméen Louis Aubert.